“Ce qui est pardonnable est d’avance pardonné. D’où l’aporie : on n’a jamais à pardonner que l’impardonnable.”
Jacques Derrida, philosophe et écrivain français (1930-2004)
source : www.evene.fr

Monsieur Peillon, grâce à vous, je viens de comprendre une
des caractéristiques importantes du projet de votre gouvernement sur le
“mariage pour tous”.

Au passage, quelle désastreuse dénomination ! Mais,
passons…

Il ne faut pas faire entrer le débat sur ce sujet dans les
écoles, dites-vous, c’est un débat d’adultes et pas un débat d’enfants. Ils ne
doivent pas y être mêlés…

Bien, bien, monsieur Peillon.

Alors, pourquoi mettre internet dans les écoles, outil de
débats multiples et sans frein.

Pourquoi, les enfants et adolescents sont-ils assez grands
et matures pour suivre des cours d’éducation sexuelle, matière qui peut donner
lieu à la formulation d’opinions diverses et orientées, sur les pratiques
sexuelles de toutes natures.

Pourquoi faire de la philosophie pour interdire ce sujet de
fond sur une réforme majeure de la société qui officialiserait une famille
multiple dans ses formes, dans sa composition et dans sa finalité. N’est-ce
pas, pourtant, un merveilleux sujet de philosophie ?

Et je pourrais continuer la litanie des “pourquoi”
pendant longtemps.

Mais ce que j’ai compris, hier, c’est l’égoïsme de ce
projet de loi.

Une loi qui serait faite pour des adultes :

Ce serait eux qui voudraient le mariage, pour eux.

Ce serait eux qui souhaiteraient adopter un enfant, pour
eux.

Ce serait eux qui voudraient passer par la procréation
médicale assistée pour avoir un enfant à eux.

Mais l’enfant, lui, ne pourra pas donner son avis, dans
aucun des cas.

On aura lancer une machine à multiplier les “mal dans
leur peau”. Que peut-on savoir des réactions d’un être qui, chaque fois
qu’il aura besoin d’un extrait de naissance, affichera un document qui le
ferait fils ou fille de “parent 1” et de “parent 2” ?

Il traînera cela toute sa vie !

Et à côté de ça, on imagine lever le secret des naissances
sous X, parce que les enfants, devenus adultes, ont souvent le besoin de
connaître de qui sont-ils nés !

On ne veut pas des OGM sous le prétexte qu’à long terme, on
ne mesure pas les conséquences de leur utilisation mais on devrait accepter la
composante familiale du mariage pour tous sans savoir ses effets à long terme
sur les enfants ??? C’est une logique… bien curieuse.

Puisque l’enfant qui grandira n’est pas au cœur des
préoccupations du législateur, je comprends mieux que l’enfant n’ait rien à dire
dans le débat…

Des fois qu’il exprimerait ses réticences et le malaise que
lui procurerait une telle situation… enfant de 1 et de 2…

Où chercherait-il des réponses au pourquoi de son existence
sur terre, comment donnerait-il un sens à la vie… et à la mort s’il y a un
flou sur sa naissance !

Répondre aux besoins de protection des adultes homosexuels
vivant en couple est normal. Et je crois que nombreux sont ceux qui peuvent
comprendre cela et l’approuver. Mais saboter la cellule familiale, expression
de la nature, pilier de notre civilisation cela pourrait-être un pas majeur
vers sa décadence.

Monsieur Peillon, il n’y a pas l’ombre d’une pensée
homophobe dans le fait de refuser l’adoption et la PMA pour les couples
homosexuels ainsi que la remise en question de la filiation.

Monsieur Peillon, je trouve que les arguments des partisans
de ce projet de loi sont portés par une immense hypocrisie et un
incommensurable égoïsme. Je trouve que vos propos sur l’école privé devraient
être qualifiés de “christianophobes”.

Là n’est pas la laïcité, on en est loin !

Attention, ceux qui réveilleraient l’anticléricalisme
prendraient une redoutable responsabilité dont vous ne soupçonnez pas les
conséquences.

Votre attitude vis-à-vis de Gérard Depardieu sent mauvais.

Je vous en prie, n’allez pas plus loin avec ceux qui ne
partagent pas vos projets mais qui restent en France… La liberté existe encore,
du moins je veux le croire.

A bientôt.

Loïc

©loic de trigon 2013