“Ce qui est pardonnable est d’avance pardonné. D’où l’aporie : on n’a jamais à pardonner que l’impardonnable.”
Jacques Derrida, philosophe et écrivain français (1930-2004)
source : www.evene.fr

Par défaut.

Que fait-on comme choses par défaut !

Tenez voici deux exemples récents.

Le premier :

François Hollande a été élu par
défaut. Si seules, les voix de ceux qui ont voté en le souhaitant
pour président avaient été prises en compte, il aurait été
battu. Les majoritaires furent l’abstention, les votes blancs ou nuls
et ceux qui n’ont mis son nom dans l’urne que pour battre son
adversaire.

Et pourtant, Dieu sait que ce moment de
notre vie sociale était important ! Est-ce raisonnable d’être
si peu à exprimer son choix “pour” et non “contre” ?

Le second :

Laurent Blanc, ex sélectionneur de
l’équipe de France de football, clame partout avoir rempli son
contrat : atteindre les quarts de finale de l’euro. Son équipe l’a fait. Mais uniquement
parce l’Angleterre a battu l’Ukraine. Sinon, point de quart de
finale !

Le match décisif contre la Suède n’a
vraiment pas participé à notre gloire. Parcours bien médiocre.

Et Dieu sait que les victoires dans ce sport
sont importantes pour le moral des peuples !

Par défaut.

Je sais que personne ne doit tout ce
qu’il réussit à ses seuls mérites et qualités. Il doit compter
avec ceux des autres qu’ils soient compétiteurs ou non ; et il bénéficie aussi de leurs faiblesses qui viennent souvent gommer les siennes.

Alors sans
que cela nous ôte notre confiance en nous-mêmes, il faudrait que
tous, nous cultivions un peu plus la modestie.

Mais pas une modestie “intensive”,
“industrielle”, insincère. Non, une modestie “bio”,
vraie qui vient du cœur pour ne pas dire des tripes.

Le théâtre n’est fait que pour
distraire, ne l’oublions pas…

A bientôt.